La Crêperie, Jounieh, Liban

Pas de commentaire

La Crêperie (site web), c’est avant tout une belle maison ancienne libanaise, perchée sur une petite falaise. En dessous, le chemin de fer passait. Et puis c’était vite la mer. Enfin, ça c’était il y a quelques décennies déjà. Cela fait déjà longtemps (construction du port moderne de Jounieh, d’une base navale et de l’ATCL), que la Crêperie ne donne plus directement sur la mer. Et ça fait bientôt vingt ans qu’il ne passe plus de train aux pieds de la Crêperie (je pense même que la voie de chemin de fer a été démantelée à ce niveau aussi. Bref, tout fout le camp…

la Crêperie, c’est aussi une très belle perspective sur la baie de Jounieh (plus de hauteur qu’à Table Fine, et un angle un peu plus large, à cause du recul).

Une adresse avec deux atouts intrinsèques. Malgré le nom et la présence de crêpes à la carte, ce n’est pas un restaurant monomaniaque (il n’aurait pas tenu aussi longtemps au Liban). en plus de galettes et crêpes (tout à fait honnêtes), on y sert des plats de mezzé, de la viande, le fameux poussin désossé et même des moules!

20091010 creperie 01 galette saucisse champi fromage La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 01 legumes grilles La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 01 mezzes La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

20091010 creperie 02 filet boeuf La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 02 moules frites La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 02 poussin desosse La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

C’est très classique, et les surprises ou changements se font doucement, mais surement. La restauration des plafonds à l’intérieur ajoute du charme au lieu. Ce restaurant libano-européen détient probablement le record de longévité des propriétaires et gérants. C’est une adresse repère dans la région, une institution, un peu comme une vieille brasserie à Paris, où l’on va par habitude et pas seulement pour ce qu’on y mange.

20091010 creperie 03 crepe 01 La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 03 crepe 02 La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20091010 creperie 03 crepe 03 La Crêperie, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

La Crêperie version XXe siècle du Cheikh Fadi (El Khazen -disclaimer : une famille amie-) aura bien vécu a va bientôt bénéficier d’un coup de jeune, tout en restant dans la même famille, mais sous le contrôle d’une autre branche. Chafic El Khazen, patron du Sky Bar, reprend l’affaire (officiel depuis avril dernier, même s’il n’y a pas beaucoup de changements pour l’instant). Appliquera-t-il les même principes business qui ont fait le succès du resto-bar-club en plein air de la capitale (DJ, carte internationale efficace, clientèle qui sort pour voir et se montrer…)? Certains habitués risquent de ne pas s’y retrouver. Chafic parviendra-t-il à réveiller Jounieh et à en refaire un « spot » incontournable de la night life Libanaise en 2012?

Photos datant d’un déjeuner en octobre 2009.

Terrasses de 2010

Pas de commentaire

Suite et bientôt fin de la rétrospective 2010. Cette fois avec une thématique : les terrasses, qu’elles soient vaste et étendues, ou juste limitées à un bout de trottoir.

Bistrot de l’Alycastre

J’avais bien aimé le Bistrot de l’Alycastre (2 rue Clément 75006 Paris) lors de son ouverture au printemps 2007, et nous avons à nouveau passé un agréable moment en mai 2010.  Jolie bande de terrasse, orientée sud, en face du marché Saint Germain, un beau samedi ensoleillé. Cuisine d’inspiration méditerranéenne, pas donnée, mais généreuse.

20100417 bistrot alycastre 01 couteaux Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

L et C y sont allés fin 2010, un samedi soir, et ils n’ont pas été emballés (bonne assiette, mais accueil moyen) : effet samedi soir?

Terrasse de l’hôtel Montalembert

Pratique, cette terrasse de l’hôtel Montalembert (3 rue de Montalembert, 75007 Paris), puisqu’à deux pas de la maison,et pas trop fréquentée. Nous y sommes surtout allés en été, avant et après l’arrivée de notre chère A. Tarifs hôtel de luxe (ce qu’est l’hôtel Montalembert), mais plats bien faits, souvent des classiques, avec une petite touche d’originalité, et correctement copieux.

20100707 Terrasse hotel montalembert 02 salade cesar Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

Assez de place entre les tables pour accueillir une poussette. Terrasse plutôt orientée nord ouest. Pas vu de souris cet été.

Sous les Micocouliers

Déjeuner sympathique Sous les Micocouliers, à Eygalières (Traverse Montfort, 13810 Eygalières), un beau dimanche de mai. Cuisine recherchée, inventive, cadre agréable, paisible et service sympathique. Prix raisonnables.

20100524 sous les micocouliers 01 beignets fleurs courgettes farcies Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

Cabanon de l’Estaque

À l’ouest de Marseille, après le village soi disant pittoresque de l’Estaque, le Cabanon de l’Estaque (586 Route nationale du Rove/Port de Corbières 13016 Marseille) est une adresse pas désagréable, mais il ne faut absolument pas se rendre là bas juste pour ça (contrairement à ce que nous avions fait).

20100321 cabanon estanque 02 loup 2 Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

Le poisson (prix au poids) est de bonne qualité, mais attention aux petites embrouilles sur le prix facturé…

Etangs de Corot

Je n’ai pas été plus surpris que cela quand j’ai eu confirmation du départ du chef des Étangs de Corot (53 Rue de Versailles, 92410 Ville-d’Avray), Benoit Bordier, fin 2010.

20100704 Etangs de Corot 02 entrees tomates crevette wasabi Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

L’endroit est unique et superbe, à quelques dizaines de minutes du centre de Paris. Mais les Paillottes (restaurant d’été, semi-ouvert) n’assurent pas. Pour le prix demandé, il y a peu de choix, ça traine et le service n’est pas très réactif. L’assiette et la formule étaient assez bien vus, mais entre la théorie et la pratique il y avait pas mal de pertes.

L’endroit garde un charme fou, il faudra simplement travailler pour proposer des prestations à la hauteur des tarifs pratiqués, ou les revoir à la baisse.

Saut du Loup

Une terrasse sublime, avec d’un côté, le Louvre, de l’autre les Tuileries, avec vue sur le musée d’Orsay, la Tour Eiffel… Un énorme potentiel donc, le Saut du Loup. Un énorme gâchis, inqualifiable et inexcusable.

20100712 Saut du Loup 01 gazpacho 01 Terrasses de 2010 (ChrisoScope)

Une adresse où je ne retournerai plus tant qu’il n’y aura pas de changement de direction. C’est d’autant plus navrant que le niveau était plus élevé au début.

Table Fine, U-Bay, Jounieh, Liban

5 commentaires

20101012 Table Fine U Bay Jounieh Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Table Fine, restaurant gastronomique méditerranéen. (Ouvert tous les soirs pour le diner, le week end et les jours fériés pour le déjeuner).
U Bay, souks de Jounieh, route du Bord de mer, de la place Centrale à Kaslik, Jounieh, Kesrouan, Liban.

Tél. : +961 9 919 666 ou +961 70 919 666. Site Web.

En bref

Une adresse qui vaut le détour, à la fois pour son cadre et sa décoration exceptionnels que pour le service de bon niveau et la très bonne cuisine méditerranéenne au goût du jour. Pour la version longue, continuer à lire…

Mise en situation

Comme j’ai tenté de l’expliquer ici, les adresses de bonne cuisine européenne contemporaine ne courent pas les rues au Liban. U-Bay est le dernier projet de Toufic Khoueiry, qui a lancé, il y a bientôt 20 ans, avec succès, Kabab-Ji, une chaine de restaurants libanais rapides de qualité et rationalisés. U-Bay regroupe, dans une veille maison libanaise du bord de mer, complètement retapée et adaptée au goût du jour, dans le respect de la tradition. Le pari est osé et intéressant : lancer et assurer la pérennité d’un restaurant contemporain méditerranéen, un bar lounge et un bar à sushis, non pas à Beyrouth, capitale putanesque, mais dans les souks de Jounieh, ancien petit village de pêcheurs, capitale du Maronistan.

C’est la Table Fine, avec son chef français, Jérôme Serres (passé chez Jacques Chibois, étoilé Michelin aux Spondi et Pil Poul à Athènes, passé rapidement en Belgique), et pour laquelle Alain Llorca est intervenu comme consultant, qui retient notre attention.

Fin du rodage, début du rythme de croisière. Le directeur de salle est un revenant qui fait plaisir : un « vénérable » ancien du Vieux Quartier! On est tout de suite rassuré et l’on se dit que le beau décor et la vue ne sont pas là pour compenser ou masquer d’éventuelles faiblesses de service ou dans l’assiette.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 00 salle Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Nous sommes installés au bord de l’eau, à la « terrasse », qui est en fait couverte mais dont les baies vitrées s’ouvrent de façon spectaculaire et qui donnent l’impression d’être à l’extérieur, tout en étant protégés. Il fait plus de trente degrés ce jour-là. Cela commencera d’abord avec de la climatisation et vitres fermées, puis, la nuit arrivée, la brise marine levée, les fenêtres s’ouvrent. À gauche, une vue sur la « plage » voisine, et au fond, sur le rocher, la vénérable « Crêperie ». Devant nous, la jolie baie de Jounieh (qui serait tellement belle si les mini jetées-verrues étaient supprimées), à 180°. Rien que cela vaut le détour! Aucune photo potable, hélas.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 0 vue Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Nous avons droit une belle grande table ronde, idéale dès lors que l’on est plus de quatre à table. L’espace ne manque pas. Sur la table, c’est élégant mais pas maniéré. Oui, nous sommes au Liban, où fumer au restaurant est permis. Mais la ventilation et la distance entre les tables permet de ne pas souffrir des voisins fumeurs. Nous sommes nettement moins dérangés par la fumée et ses odeurs que chez Sami, par exemple.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 00 table Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Au programme

La carte tient sur trois pages, avec, au moins trois choix par catégorie.

D’abord, les entrées froides, tel le ceviche de pêche du jour, le vitello tonnato ou le saumon fumé maison(27-29.000LL),  les entrées chaudes avec le  mille feuiles de calamar au pistou, le risotto au basilic et pignons de pin ou les fins raviolis de crevettes, jus de crustacés : 23-26.000LL) et les  soupes (sage aux légumes, à 18.000LL) ou les deux bouillabaisses, au mérou ou à la cigale de mer (69-99.000LL attention : prévenir).

Ensuite, des salades (côte de salade, pomme verte et noix à la chair de crabe de pays, 29.000LL, rosace d’endives et sucrines au fomard et pétales de betterave, 52.000LL, ou salade de saumon fumé, cœur de sucrine aux crevettes, parfum d’huile d’olive à la moutarde, 28.000LL). Les plats de résistance font la part belle au poisson : mérou de Méditerranée clouté aux olives (47.000LL), saumon cuisiné à l’unilatéral, légumes de saison (29.000LL), paella de la Table Fine (66.000LL), filet de boeuf angus, pomme de terre en croute d’épices (55.000LL), poitrine de volaille, gnocchis aux condiments (32.000LL), ou alors du poisson au poids et au choix.

Pour finir, une petite dizaine de desserts (9.000 à 14.000LL) : moelleux au chocolat, pain perdu, coque de chocolat argentée façon belle Hélène, cheesecake glacé, tiramisu gourmand, glaces ou sorbets, salade de fruits et sorbet pomme vertes, ou fraises au vin d’épices, glace vanille.

Pour le vin, une carte efficace (avec les classiques) de vins, locaux et français.

Le pain

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 00 table02 Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20101012 Table Fine U Bay Jounieh 01 pain olives Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Quelques gressins frais et croustillants pour débuter, avec une bonne tapenade. Des petits pains fournis pour accompagner le repas : ceux aux olives (avec de la tapenade) sont extra!

Les entrées et salades

« Rosace d’endives et sucrine au homard en pétales de betteraves, homard frais en salade, vinaigrette au miel de romarin frais » . Une salade fraiche qui tient ses promesses. La chair de homard est savoureuse, la cuisson respecte la bête. L’accompagnement apporte croquant et douceur.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 01 homard nedives Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Les « fins raviolis de crevettes, jus de crustacé – fines pâtes imprimées, crevettes, oignons confits, coriandre, curcuma » sont, eux, pas encore complètement aboutis. En effet, les raviolis sont tellement fins, que c’est surtout le goût de la rouille qui ressort. Quelques ajustements semblent nécessaires, sinon il est probable que cette entrée sorte de la carte.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 01 ravioles crevettes Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Rien à redire (sauf à en redemander), sur le « risotto au basilic et pignons de pins : risotto, jus de poissons, pesto de basilic, pignons grillés, mascarpone et huile d’olive » . Une belle adaptation de ce plat milanais aux goûts locaux et méditerranéens. Cuisson impeccable, texture nickel et saveurs au rendez-vous. Suite à un malentendu, le plat sera enlevé alors qu’il n’était pas terminé. Qu’à cela ne tienne, nous aurons droit à du rab, aussi bon que la première assiette!

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 01 risotto pignons basilic Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

La « côte de salade, pomme verte et noix, à la chair de crabe de pays – crabe frais, citron, orange pamplemousse, tomate, basilic, julienne de pommes vertes aux noix » , prise en plat par C, s’avère, elle aussi, fraiche, légère, équilibrée et agréable.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 02 salade Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Les Plats

Le « filet de boeuf Angus, pomme de terre en croute d’épices – filet de boeuf sur un lit champignons épinards, citron sumac et sauce bordelaise » est une autre belle réussite. Viande archi tendre et savoureuse, bien saignante au cœur, bien saisie à l’extérieur. Le mélange champignons épinards n’est pas mal, mais c’est cette pomme de terre en croute qui déroute. La croute ressemble, si l’on ne fait pas attention, à une écorce d’arbre. Curieux, et ayant oublié l’intitulé complet du plat, nous attaquons, un peu sceptiques, cette bestiole. Entre l’à priori mental qui joue sur les papilles et le goût relativement marqué de la première bouchée, on est un peu perdu, et l’on a l’impression que cela ne se mange pas, bien que ça se mâche très facilement. Ce n’est qu’au deuxième essai, sans doute rassuré parce que l’on n’est pas déjà mort, que l’on baisse la garde et que l’on apprécie mieux cette croute, qui devient vite addictive. Un concentré de saveurs qui complète bien le juteux-saignant du boeuf, et sa belle sauce orange.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 02 angus Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Le « dos de mérou de Méditerranée clouté aux olives et sa fine ratatouille » est sympathique, même si sa cuisson aurait gagné à être un peu plus courte, afin de préserver un peu mieux la tenue de la chair. A n’a pas été emballé par l’accompagnement, alors qu’O, sans crier à l’extase, n’a pas été aussi choquée.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 02 merou Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Desserts

Mon cheesecake glacé est présenté de façon amusante. C’est avant tout une glace, dont le goût rappelle le cheesecake (et moi, cela me rappelle Haagen Dazs). Bon, frais, mais exactement ce que j’attendais!

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 03 cheesecake Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Rien à dire sur le beau moelleux au chocolat, accompagné d’une boule de glace vanille et d’un mille feuille de fruits : nickel.

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 03 chocolat Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Les fraises infusées au vin d’épices, glace vanille, sont une drogue hautement addictive! Quant au pain perdu, accompagné d’une boule de glace et de deux sauces tièdes (dont un très bon caramel), il est redoutable et à la mérite de n’être ni trop gras ni trop étouffant : bel équilibre!

20101012 Table Fine U Bay Jounieh 03 fraises Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope) 20101012 Table Fine U Bay Jounieh 03 pain perdu Table Fine, U Bay, Jounieh, Liban (ChrisoScope)

Bilan

Une très belle soirée, dans un lieu unique, à la vue et à la déco qui valent le détour à eux seuls. Certes, je n’ai pas réussi à saisir cela en photo, mais croyez-moi, je fais souvent passer ces choses au second plan, et ici, c’est particulièrement réussi. Pour ne rien gâcher, au contraire, le service et l’assiette sont de fort bon niveau. C’est un bel effort et un beau défi de proposer cette cuisine « de luxe » à Jounieh. Luxe, puisque ce n’est pas donné environ 80$+service pour une entrée, un plat et un dessert chacun, plus une bouteille de Pouillé Fuissé (105.000LL), jeune, mais qui se boit plutôt bien
Et si, bien sur, il n’y a pas de quoi faire de l’ombre à un Gérald Passédat (je ne pense pas que ce soit le but), nous avons très bien diné et je sens qu’il y a encore du potentiel. À refaire, donc, pour le cadre et pour suivre les évolutions de la carte…

Nolita, Fiat Motor Village, Rond-Point des Champs Elysées

2 commentaires

20100806 Nolita Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Nolita, ristorante e enoteca, ouvert tous les jours de 12h à 15h et de 19h à 23h.
1 avenue Matignon, 2 rond point des Champs Elysées 75008 Paris.
Tél. : 01 53 75 78 78. Site Web.

En quelques phrases :

Un nouveau restaurant italien, ouvert au dernier étage du show room Fiat, au niveau du rond-point des Champs Elysées. Déco design plutôt épurée. Carte haut de gamme, avec une assiette réinterprétant des grands classiques italiens, et en particulier piémontais. C’est bon. Service policé, prix en ligne avec le raffinement et le quartier (pas donné du tout). Seul revers du préparé minute : ça peut parfois trainer un peu, surtout au déjeuner quand le temps est compté.

La Terrazza, au rez-de-chaussée, avenue Matignon, propose une carte plus simple, à des prix plus abordables.

>Une très bonne alternative au Berkeley (dont les travaux se terminent bientôt) et au M Matignon (qui n’a pas gardé longtemps son palmier). Prix moyen supérieur au Market et à Tico, pour une assiette de niveau globalement  équivalent.

En quelques paragraphes

Ouvert après de très longs mois de travaux, le show room de Fiat sur les Champs-Élysées accueille, sur trois niveaux en plus d’espaces d’exposition, d’une boutique, non pas un, mais deux restaurants! L’immeuble, sobrement baptisé Motor Village, est consacré aux marques du groupe automobile turinois. Au rez-de-chaussée, la Terrazza, comme son nom l’indique, est installée sur le trottoir de l’avenue Matignon, alors que le Nolita, restaurant gastronomique, domine au dernier étage. L’Internaute et RestoàParis reprennent ce qui ressemble à un communiqué de presse, et nous apprennent que Sébastien Mancuso, de la Cavallina, chapeaute ce projet.

L’excellent Thierry Richard est le premier à en parler (sans détailler sa relation avec l’adresse, alors qu’il a réalisé une vidéo du chef, disponible sur le site officiel), mais il se trompe d’un niveau, puisque Nolita est au second étage! J’y déjeune une première fois avec A (le 6 août 2010), puis une seconde avec JC (le 11 août 2010). Quant à la Terrazza, je l’ai essayée le 5 août 2010, avec L. On accède à Nolita grâce à un ascenseur un peu planqué, ou sinon, en remontant le grand escalier en colimaçon. La porte franchie, un bar/comptoir fait alors face. Il ne reste plus qu’à s’annoncer et se faire installer à sa table. La vue n’est pas extraordinaire (il y a des arbres entre l’immeuble et le rond point, mais on préfèrera les tables orientées sud, celles orientées à l’intérieur, sur une Fiat 500 n’étant pas cependant pas désagréables.

20100806 Nolita 00 table Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Cadre plutôt clair et plutôt lumineux (en tout cas au déjeuner). Sur la table, une nappe non intégrale. Poivre, sel, huile d’olive… La carte du chef Vittorio Beltramelli (accessible en ligne) est assez riche, avec, pour débuter, un choix d’ antipasti et quelques pizzette (14-26€), des paste et risotti (16-32€). Les plus gourmands pourront enchainer sur un des secondi piatti (21-35€), avant de finir avec du fromage, les dolci ou gelati (7-12€) de la cheffe Silvia Saggese. À propos, fromages se dit formaggi et pas fromaggi en italien. Compter au moins quarante euros par personne pour un repas complet, sans les boissons, avec les cinquante euros vite dépassés.

Pour la Terrazza, la carte est plus simple, pour un budget (relativement) plus abordable (moins de trente euros).

Dans nos verres, de la San Pellegrino (5€ le demi litre), du Chardonnay (7€ le verre) ou une bonne vieille carafe d’eau. Tarifs en ligne avec le quartier, sans surprise.

20100806 Nolita 00 pain Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Une fois la commande prise, un assortiment de pains, plutôt bons, voire addictifs pour certains nous est apporté. Seul regret/reproche : toutes les variétés ne sont pas en double exemplaire…

Après le pain, un amuse bouche donne le la : on est dans l’Italien recherché et contemporain, pas dans la classique et éternelle cuisine simple et efficace. C’est complexe et ce n’est pas mal, même si je ne suis plus sur de ce que c’était (du veau et une salade?).

20100806 Nolita 01 amuse bouche Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

La pizzetta (16€) que nous partageons n’est pas mal du tout, mais le prix fait un peu mal, puisque c’est le prix d’une pizza « full-size » dans le quartier et même au rez-de chaussée, à la Terrazza. Faut-il penser que, comme l’oxygène qui se raréfie en montant en altitude, la taille des pizzas rétrécit, iso-prix? Bon, mais trop cher, donc sans réel intérêt!

20100806 Nolita 02 pizzetta Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Les tomates et buratta (16€) tiennent leur promesse : du frais, de l’onctueux et du crémeux, même si je m’attendais à une buratta plus coulante. Un peu d’originalité avec des chips d’olives noires. Bien.

20100806 Nolita 02 tomate buratta Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Le vitello tonnato (16€) plait à A (sauf les gros capres avec leurs queues). Le veau est presque fondant. Bonne maitrise de ce classique.

20100806 Nolita 02 vitello tonnato Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Les Paccheri (pasta en forme de gros tubes), de Gaetano Faella, aux courgettes et langoustines (28€) sont un très bon choix. À part le prix, c’est extra!

20100806 Nolita 03 paccheri zoom Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Quant au risotto Martini (28€), produit par Tenuta Castello, il est parfumé au Martini blanc, et agrémenté d’un carpaccio de crevettes de Sicile, avec une sauce aux olives vertes. Cuisson sans faille, texture comme il se doit. Le carpaccio est très fin, tant niveau goût (ce qui est très bien) que niveau quantité (ce qui l’est moins), mais laisse sur sa faim. Même si ce sont d’excellents produits, la prix est gonflé!

20100806 Nolita 03 risotto martini Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Je termine avec une meringue vanille fraise (8€) : sympathique et réussie, rafraichissante et apaisante. Mais un peu banale, après réflexion (ça me fait penser à un « mystère », même si cette meringue est autrement plus fine).

20100806 Nolita 04 meringue vanille fraise Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Le tiramisu (9€) de mon ami est costaud et sacrément revigorant en hiver. Mais, pour le mois d’août, c’est too much, en tout cas après tout ce qui a précédé.

20100806 Nolita 04 tiramisu Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

Le café Espresso Lavazza est à 3€. Un après dessert, en trois déclinaisons, l’accompagne agréablement. La crème au centre, est redoutablement bien parfumée et alcoolisée. Excellente, mais risquée pour qui doit travailler ou conduire après.

20100806 Nolita 05 post dessert Nolita, Fiat Motor Village, Rond Point des Champs Elysées (ChrisoScope)

A ayant été pris pour un journaliste gastronomique du Monde par le responsable de salle, je me suis demandé si les petits extras (amuse bouche, après-dessert) étaient une faveur particulière. J’y ai eu droit à la deuxième visite aussi, et j’ai été aussi bien traité, donc il n’y avait pas de favoritisme.

Un peu moins de 70€/personne, pour une entrée, un plat, un dessert chacun, une pizzette partagée, une demi bouteille d’eau, un verre de vin blanc et un café. C’est loin d’être donné. Arrivés vers 12h30, nous sommes bien restés au delà de 14h, i.e. cela peut prendre du temps, donc autant en être conscient. Adresse agréable et sympathique, où l’on mange bien, à condition de laisser un peu de temps. Non, la seule barrière, ce sont les prix, mais il faut bien vivre. Les deux adresses devraient connaitre un bon succès si elles se maintiennent dans la trajectoire. Attention de ne pas abuser de la rente d’emplacement et de céder à la facilité…

Saut du Loup version 2010, la chute?

14 commentaires

20100712 Saut du Loup 0 Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Le Saut du Loup. Restaurant du Musée des Arts Décoratifs.
107 rue de Rivoli, 75001 Paris.
Tél. : 01.42.25.49.55. Site Web.

Le Saut du Loup, ouvert début 2007, avait plutôt bien commencé. Sa terrasse jouit d’une situation et d’une vue uniques à Paris. Des débuts un peu poussifs, une espèce d’amateurisme (comment gérer une terrasse à Paris sans tenir compte d’un facteur clé : la météo), mais rattrapé par un service généralement gentil et appliqué, des assiettes correctes et ce cadre splendide! Si ce n’était pas parfait les saisons précédentes (je n’ai pas publié ma mise à jour 2009), avec des hauts et des bas, globalement ça allait.

Cette soirée du 12 juillet n’avait pas trop mal commencé, nous avions rejoint V, déjà installée, qui dégustait un verre de vin du Nouveau Monde (pas terrible ce vin). Notre table n’était pas très bien placée (ça arrive), et en plus,il y a maintenant des mâts qui gâchent la vue, dont un qui me masque la tour Eiffel! Pas moyen de changer!

20100712 Saut du Loup 0 musee orsay clones Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

La carte varie légèrement d’une année à l’autre, pour les choix, mais les prix augmentent honteusement (cf. la version 2009, ici et ). Le club sandwich, maintenant servi avec des frites et de la salade, passe de 16 à 20€, le cheeseburger prend un euro à 22€, le gaspacho change de formule et passe de 9 à11,4€ (alors qu’il a bénéficié de la baisse de la TVA), le tartare mont de 17 à 20€. Ok, certains plats n’ont pas bougé (niveau prix), quelques desserts à l’intitulé à peu près constant ont baissé, mais la tendance est plutôt à la hausse. Je suis d’accord pour payer plus un service ou la qualité en plus, mais pas pour financer la nouvelle voiture du patron!

La commande s’est passée à peu près correctement (du moins, c’est ce que nous avons cru). La suite a été un enchainement de ratés et de déceptions. Heureusement que nous nous connaissons déjà bien, sinon (en cas de rendez-vous galant ou pro), ça aurait pu dégénérer. De quoi perdre toute crédibilité si l’on a conseillé cet endroit.

Nous n’avons surement pas eu de chance avec cet enchainement de catastrophes ce soir là… Ou peut-être sommes-nous trop exigeants? Ou moins gogo que tous les autres clients qui remplissent cet endroit…

Ce sont en général de jeunes et plutôt jolies jeunes femmes qui assurent le service, et qui sont en général souriantes, à défaut d’être très compétentes. Ce soir là, il y a quelques directeurs de terrasse qui brassent le vent, quelques serveuses qui s’occupent d’autres tables, et puis un serveur inefficace, moche quelconque et con incompétent (triste à dire, mais tellement vrai) qui s’occupe de notre table. La table, parlons-en :  elle n’a pas trop changé, mais nous avons maintenant droit à des pochettes couverts, un peu comme dans une cantine ou une vente à emporter.

20100712 Saut du Loup 0 table Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Commande prise vers 20h50, entrées qui arrivent vers 21h15. Et quelles entrées! Regardez-moi la tête de cette salade césar (14€), déjà un peu cuite. Dans la bouche, c’est un peu comme visuellement, ce n’est vraiment pas top!

20100712 Saut du Loup 01 cesar salad Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Deux gaspachos (11,8€) avaient été commandés, mais un seul arrive. Le serveur nigaud voit trois clients à table, seulement deux entrées arrivent, parce que monsieur n’a pas noté correctement la commande. Il retourne donc demander un second gaspacho, qui arrivera plus d’un quart d’heure plus tard (alors que de nombreuses autres tables ont été servies en gaspacho pendant ce temps là). Admirez la présentation de cette soupe froide, éprouvée par le transport, ça a débordé et il y en a partout! Remarquez aussi que la boule de sorbet a déjà bien eu le temps de fondre!

20100712 Saut du Loup 01 gazpacho 01 Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Voici à quoi ressemble le second gaspacho (arrivé sans mot d’excuse de la bouche du serveur connard) : beaucoup plus de glace, beaucoup moins de soupe (ce qui n’empêche pas que l’assiette ne soit pas très nette). Il y a définitivement des artistes en cuisine. Le chef, Patrick Goimbault, a de quoi être fier, tout comme Jean-François Vissac le directeur de cet établissement. Le contrôle qualité et la constance, ça vous dit quelque chose? Sans grande surprise, le goût de ces soupes est aussi quelconque et insignifiant que leur mise en forme!

20100712 Saut du Loup 01 gazpacho 02 Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Le cheeseburger (22€), si l’on fait abstraction de son prix, n’est finalement pas si mal (en relatif, par rapport au reste des plats servis). Pour les pommes allumettes maison, je me demande si « maison » n’est pas la marque d’un grossiste en frites déjà préparées.

20100712 Saut du Loup 02 burger Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Le club Langouste (23€) est simplement lamentable, affligeant. Le bord du pain de mie n’est pas systématiquement retiré.

20100712 Saut du Loup 02 club langouste Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Il arrive avec le pain déjà brisé, peu épais, très chichement garni. La langouste est un peu meilleure qu’un chewing gum déjà mâché depuis 4 heures.

20100712 Saut du Loup 02 club langouste zoom Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Moins d’un quart d’heure après l’arrivée du plat, c’est la capitulation, on ne rêve plus que de partir et moi de relater ce désastre, histoire de me défouler un peu.

20100712 Saut du Loup 03 fin Saut du Loup version 2010, la chute? (ChrisoScope)

Il faudra attendre encore un quart d’heure de plus pour avoir l’addition et près de dix minutes pour pouvoir payer par CB. Près de 120€ pour ce diner bâclé à trois, avec une entrée et un plat chacun, et deux verres de vin (chers et sans intérêt). Le gaspacho arrivé 15 minutes trop tard et à moitié servi a été facturé plein tarif. J’abrège nos souffrances en réglant, sans discuter et sans chercher à parler à gueule de con au gâche soirée de service.

Ouf, ça y est, enfin la délivrance, qu’est-ce que c’est bon! Nous ne pourrons que mieux tomber la prochaine fois.
Même si nous sommes sans doute mal tombés (emplacement pas top, serveur pire que tout, assiettes consternantes), c’était trop de mauvais, et à 40€/tête, c’est juste odieux et inacceptable. Dommage, cette terrasse à 8 minutes de chez moi a un charme fou, mais le risque de passer un mauvais moment gâche tout!

Allez-y à vos risques et périls! Bonne chance!